La gentiane

La Gentaine

 

 
L’histoire de la gentiane, plante typique des moyennes montagnes européennes, remonte au moins à l’Antiquité grecque. Au fil des siècles, ses vertus curatives ont fait l’objet de croyances, mythes et légendes des plus étranges.
La gentiane jaune, Gentiana Lutea pousse naturellement de manière sauvage en altitude sur les flancs des volcans d’Auvergne. Ce terrain volcanique convient parfaitement aux exigences de la plante et lui donne des propriétés uniques.
La gentiane met une vingtaine d’années à acquérir sa taille adulte et ne fleurit que tous les deux ans. Sa racine, comme le quinquina, permet l’élaboration d’apéritifs amers de grande saveur.
La gentiane tiendrait son nom de Gentius, célèbre roi d’Illyrie qui l’aurait découverte.
Au moyen-âge, elle était considérée comme une panacée et entrait dans la composition des remèdes miracles. Quelques siècles plus tard, au XVIIIe siècle, on disait qu’en consommer régulièrement assurait santé et longue vie. On lui reconnaissait également des propriétés magiques contre la peste tandis que, dans le Languedoc, porter au cou neuf brins de gentiane cueillis à reculons le jour de l’Assomption avant le lever du soleil, faisait passer la fièvre.
La racine de la gentiane jaune entrait enfin dans la composition de sachets magiques destinés aux rituels de retour d’affection. De juin à septembre, les « gentianaîres » s’attèlent à l’arrachage des racines sauvages profondément ancrées dans le sol.
Arc-boutés sur leur « fourche du diable », outil à long manche prolongé par deux pointes effilées, ils effectuent ce travail ardu et pénible qu’aucun procédé moderne n’a encore adouci. Une racine pèse entre trois et six kilos. Les racines sont triées, lavées encore fraîches, puis broyées.

La gentiane est renommée pour ses propriétés tonifiantes, stimulantes, antidépressives et dépuratives.
Ses racines contiennent des principes actifs, dont les plus connus qualifiés d’ »amers », facilitent la digestion. La gentiane stimule en effet l’appétit et soigne divers troubles gastro-intestinaux tels que vomissements, diarrhées ou brûlures d’estomac.
La gentiane traiterait également les plaies et aurait un effet décongestionnant sur la peau.
En usage interne, elle favoriserait la diminution des maux de gorge, de l’inflammation arthritique, et serait efficace contre la jaunisse.
Enfin, possédant non seulement des actions toniques sur le foie et la vésicule biliaire, la Gentiane permettrait une purification quasi complète de tout l’organisme humain.

Retourner sur la page d‘accueil

Retourner en haut de page